Interclubs des 16 et 17 décembre: 5 victoires en 5 matchs

Avant une trêve des confiseurs bien méritée, nos équipes avaient pour mission de faire le plein de points, histoire de passer l’hiver au chaud. L’état des lieux de chacune de nos équipes:

Poitiers-Migné 4 (Régionale 1)

Après trois succès de rang, il fallait confirmer dans les Deux-Sèvres. C’est chose faite, dans un match maîtrisé qui aura vu la première partie « chez les grands » de Manoa Adler.

Manoa Adler dispose déjà d’un répertoire et d’une gestion du temps qui n’est pas sans rappeler Julien Saada. Les résultats eux, s’amélioreront.

Les buteurs de l’équipe ne tremblaient pas, et attendent avec impatience les prochaines rondes pour obtenir un premier classement élo. Nissanka, Hugo Moreau et Hugo Bruneau accueillaient Florian au sein d’un groupe efficace.

Nissanka Urapola et Florian Jourdain l’emportaient au sortir de parties disputées

Poitiers-Migné 3 (Régionale 1)

Après une première défaite inaugurale contre Poitiers-Migné 4, l’objectif était clairement de se maintenir sur le podium, afin de se préparer à jouer les premiers rôles en Régionale 1 dès l’an prochain. A l’occasion de la réception de la sympathique équipe de Buxerolles 5, le local de la Grand’Rue accueillait pour la première fois une rencontre officielle. Le fraîchement diplômé Alexis Lathière arbitrait son premier match, et remportait une victoire probante. Une victoire finale 4-1 qui masque les nombreux rebondissements des parties d’Anatole et de Philippe, mais une victoire quand même, qui place l’équipe à la deuxième place provisoire du championnat à 2 rondes de la fin. Il faudra sans doute faire 1,5 sur les 2 derniers matchs pour espérer maintenir cette place.

un classement réconfortant à Noël, mais il ne faut pas oublier que les poursuivants comptent un match de moins

Poitiers-Migné 2 (Nationale 3)

Dans un match piège de la ronde 5, les jeunes pousses emmenées par Mathieu Ladrat se devaient de confirmer l’impeccable début de saison. Pour l’occasion, Jeanne Barbotte manquait à l’appel, mais Hadrien Nicaise et Robin Frugier venaient rappeler la profondeur de l’effectif de N3.

3 victoires ce dimanche pour les buteurs de l’équipe 2. Mathieu Ladrat et Naël Marché restant à 100% tandis que Marius Lefol (4,5/5) essaie de se cacher

C’est la valeureuse équipe de Créon qu’il fallait dépasser, mais il s’agissait d’un obstacle aussi compliqué sur le papier que sur l’échiquier. Mathieu montrait encore une fois la voix, suivi de près par Florian Delabbey, mais les parties mal embarquées de Naël et Marius faisaient grandement transpirer leurs coéquipiers. Heureusement, seul le résultat compte lorsque l’on a la montée en ligne de mire, et les points s’enchaînaient pour finir sur un score de tennis.

Florian, Naël et Marius se rapprochent des 2000 points élo à grands pas

Au classement, rien n’est encore joué malgré un score collectif impeccable et seulement trois défaites individuelles en cinq matchs. Il faudra encore espérer des résultats favorables, et miser sur une équipe toujours aussi soudée pour espérer finir en tête d’une division comptant des équipes beaucoup plus expérimentées que la nôtre.

Poitiers-Migné (Nationale 1)

Sans aucun objectif affiché au début de la saison, l’équipe fanion de Poitiers-Migné enregistrait lors de cette ronde un renfort de poids en la personne de Sébastien Cossin, le deuxième meilleur MI de France derrière Guillaume Lamard. Une élévation nette du niveau de jeu dont le rendement dénotait avec le reste de l’équipe : Sébastien encaissait le point très proprement et il fallait tout le punch de la légende Bruno Dieu – l’une de nos autres recrues de l’intersaison – pour signer une victoire mémorable contre une équipe effrayante sur le papier.

Le lendemain, c’est le capitaine Luc Bergez et ses troupes de l’Ouest parisien qui se dressait sur notre chemin.

Dangereux depuis les années 90, Luc Bergez encaissera la seule victoire de son équipe

Un match abordable sur le papier mais les désillusions s’enchaînaient, entre des quadras à bout de souffle, et des jeunes pousses au bord du précipice. Il fallait attendre le punch de Bruno (encore lui) et le réalisme d’Inès Leriche pour croire à la victoire.

A trois rondes de la fin il est temps de se pencher sur le classement et de constater qu’il est toujours possible de gagner ce championnat. Néanmoins, il faudra battre Le Mans, une équipe plus jeune, plus affûtée et plus en forme. Rien que ça.

Rendez-vous le 28 janvier, à domicile pour le dénouement de cette saison de Nationale 1.